Essais sur le papier cartouche (ou papier cartridge)

Au début du mois de février, j'ai acheté quelques papiers histoire d'essayer de nouveaux supports avec mes crayons.  Parmi ceux-ci il y avait le papier cartouche.  Ce papier est utilisé par certains artistes aux crayons de couleur. 

 

Quand j'ai reçu le papier, j'ai été très septique concernant la qualité de ce papier.  De prime abord je me suis dit qu'il était probablement trop mince et qu'il allait sans doute gondoler. 

 

J'ai donc fait quelques recherches pour en savoir un peu plus. Ce que j'ai appris:

  • Papier fort, légèrement texturé;
  • Papier à usages multiples convenant aux matériaux secs et humides: pastel, fusain, crayon de couleur, crayon graphite, feutre, encre, gouache.

D'après ce que j'ai pu constater, il y a différentes marques de papier cartouche.  Celui que j'ai est fabriqué par North American Paper, une compagnie canadienne.  Selon les compagnies, il existe différentes épaisseurs de ce papier.   Le papier cartouche North American Paper est offert en 2 épaisseurs. Celui que j'ai est le plus mince.

 

Pour mes essais j'ai utilisé les 4 marques de crayons que je possèdent, soit les Prismacolor Premier, les Pablo de Caran d'Ache, les Polychromos de Faber Castell et les Coloursoft de Derwent.

 

Tous les essais ont été réalisés selon ma technique habituelle, soit première couche sans pression, deuxième couche avec pression moyenne et toutes les autres couches avec une bonne pression pour opérer le mélange des couleurs.

 

Voici donc les résultats de mes essais.

Crayons Prismacolor Premier

  •  Premier constat: j'ai été surprise de voir que ce papier mince n'a pas gondolé, ni ne s'est déformé même si j'exerce une bonne pression sur mes crayons.
  • J'ai pu apposé 6 couches de couleur, sans problème.
  • Difficile de faire des mélanges uniformes.  Les pigments ne se mélangent pas de façon égale.  Le résultat est tout de même intéressant.  Je crois que la texture du papier y est pour beaucoup.  Je m'explique: lorque j'applique la couleur, cette dernière n'accroche pas de façon égale même si la pression est constante.  J'ai eu l'impression que le papier était parfois plus granuleux à certains endroits.  Après 6 couches de couleurs, il y avait des endroits qui étaient complètement saturés, alors que d'autres ne l'étaient pas totalement.  Donc, on y voyait le grain du papier dans quelques sections.  Pour y remédier j'ai utilisé le crayon blender.  J'ai également utilisé un tortillon (ou estompe) pour comprimer le grain du papier.  Par contre leur utilisation n'a pas résolu le problème de mélange des couleurs non uniforme.

 

Cliquer sur l'image pour agrandir
Cliquer sur l'image pour agrandir

Prismacolor Premier.

Résultats obtenus après 6 couches, sans utilisation du crayon blender ou du tortillon (estompe).  On peut voir que par endroits le grain du papier est visible même si le papier est saturé.

Cliquer sur l'image pour agrandir
Cliquer sur l'image pour agrandir

Prismacolor Premier

Résultats obtenus après 6 couches.  Avec utilisation du crayon blender et du tortillon (estompe) sur le devant du cube.  Sans utilisation du blender ou du tortillon sur le dessus du cube.  On peut voir que les mélanges de couleurs ne sont pas toujours uniformes.

Crayons Pablo de Caran d'Ache

Deuxième essai, toujours selon ma technique habituelle. 

 

Le constat est peu différent de celui avec les Prismacolor Premier.

 

  • J'ai pu apposé 6 couches de couleur.
  • Avec ces crayons il a aussi été difficile de faire des mélanges uniformes.  C'est un peu moins problématique qu'avec les Prismacolor, mais le problème est tout même là.  Lors de l'application de la couleur, cette dernière n'accroche pas de façon égale même si la pression est constante.   Après 6 couches de couleurs, il y avait des endroits qui étaient complètement saturés, alors que d'autres ne l'étaient pas totalement.  Donc, on y voyait le grain du papier dans quelques sections. 
  • Bizarrement, le papier a gondolé un peu.
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

Pablo de Caran d'Ache

Résultats obtenus après 6 couches.  On peut constater que le grain du papier est apparent par endroits, même si le papier est saturé. 

Crayons Coloursoft de Derwent

Encore une fois, constat semblable aux Prismacolor et aux Pablo.

 

  • 5 couches de couleurs ont pu être apposées.  Ce fut un peu problématique pour la dernière car la couleur avait quelque peu de la difficulté à accorcher sur le papier.
  • Le papier a gondolé un peu.
  • Pour ce qui est des mélanges de couleurs, il y a une forte ressemblance avec les Pablo.  Toujours le même problème: les couleurs n'accroche pas de façon égale malgré la pression constante. 
  • Il y a toujours des endroits où le papier est moins saturé, alors que d'autres ne le sont pas totalement.  Il y a donc des grains du papier qui demeurent apparents.
  • J'ai essayé de remédier à ce problème en utilisant le blender ainsii que le burnisher.  Avec le blender, les résultats sont très décevant, car il ne faut pas oublier qu'avec ce type de crayon on se trouve a ajouter une autre couche de cire.  Et quand on l'utilise sur une surface saturée, le mélange des couleurs devient problématique.  En fait dans une telle situation on se trouve plus à ôter de la couleur.  Par contre avec le brunisher, je trouve que les résultats sont plus probants,  En effet la fonction du brunisher n'est pas de mélanger les couleurs, mais bien de lisser le dessin et, par le fait même, de comprimer les grains du papier.  Je trouve que c'est plus efficace que le blender.
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

Coloursoft de Derwent

Toujours le même problème des grains du papier qui sont apparent malgré que le support soit saturé après 5 couches.  La saturation n'est pas uniforme. 

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

Coloursoft de Derwent

Utilisation du blender (section du haut) :  résultats très peu satisfaisants.  Le mélange des couleurs est difficile parce que le papier était saturé.

 

Utilisation du burnisher (section du bas): le résultat me plaît bien.  Jusqu'à présent c'est ce qui a le mieux fonctionné pour comprimer les grains du papier.

Crayons Polychromos de Faber Castell

Avec les Polychromos il y a quelques différences d'avec les autres crayons.

 

  • J'ai pu apposer 7 couches pour atteindre la saturation du papier, même si cette dernière couche était un peu difficile a appliquer.
  • Le papier à très peu gondolé.
  • Le mélange des couleurs est plutôt satisfaisant.  Jusqu'à présent c'est avec ces crayons que les mélanges sont les mieux réussis.  Le mélange est plus uniforme qu'avec les autres marques de crayons que j'ai testés. 
  • La saturation était aussi plus égale.  Par contre la difficulté concernant l'apparence des grains du papier est toujours présente.  Décidément ce papier a vraiment une texture particulière!
Cliquer pour agrandi
Cliquer pour agrandi

Polychromos de Faber Castell

Mélange des couleurs satisfaisant, car un peu plus égal.  Saturation moins rapide et plus uniforme.  Par contre le grain du papier demeure présent. 

Conclusions

À la lecture de ce qui précède, on pourrait croire que mes conclusions sur ce papier sont plutôt négatives.  Pourtant non car, malgré tout, j'ai bien aimé l'expérience sur ce papier.

 

D'accord, il est difficile de faire disparaître complètement les grains du papier, mais je pense que cela peut être intéressant selon le type de dessin réalisé.  De plus, il ne faut quand même pas perdre de vue que d'examiner de très près des carrés, n'aident pas non plus.  À regarder de si près, on n'a pas de vue d'ensemble... 

 

Ce que je trouve le plus particulier avec ce papier est sa texture.  Oui c'est un papier lisse, mais en même temps il a une certaine texture du papier à grain.  Le fait que sa texture ne soit pas égale, peut être intéressante.  Je suis certaine qu'il est possible de bien exploiter ce côté spécial de ce papier.

 

Comme j'ai bien apprécié l'expérience avec les Polychromos, peut-être que ce papier me permettra de me réconcilier avec ces crayons.  Jusqu'à présent il n'y a que sur ce papier que j'ai éprouvé du plaisir à dessiner àvec les Polychromos. 

 

Le vrai test sera de faire un "vrai" dessin sur ce papier.  Chose que je vais faire... dès que l'inspiration me reviendra!

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    zorba (lundi, 07 mars 2011 07:25)

    Merci Manon pour cette étude.Et comme toi, mais peut-être pas pour les même raison, je ne suis pas fan des Polychromos. Je les utilise lorsque je ne parviends pas à trouver la couleur désiré.
    Je n'ai pas vu ce papier chez nous!
    Bonne continuation