Le métal de type chromé, argenterie, etc.


Cet article a été publié dans le webzine "Crayons de couleur, le Mag" vol. 3, No 2 / Juillet 2012.


Comment dessiner le métal de type chromé ou l’argenterie ? Quelles couleurs faut-il utiliser pour rendre ces métaux ? Voilà des questions qui sont souvent posées par les débutants. Malheureusement il n’y a pas de réponse miracle. En fait, je dirais qu’il n’y a pas de réponse préétablie, car il y a tellement de variables dont il faut tenir compte ! La réponse à cette question sera différente avec tout changement d’éclairage, ainsi que de l’environnement.

 

La vrai question qu’il faut se poser est celle-ci : Comment puis-je rendre ce chrome (ou argenterie) avec cette lumière, ces ombres et ces reflets ? La réponse sera la même que pour tout autre élément : dessinez la couleur que vous voyez et non pas la couleur à laquelle vous pensez ! Je m’explique : lorsqu’on pense chrome ou argenterie, on pense gris, tout comme pour l’or on pense jaune. Mais en réalité, il en va autrement. Il faut bien observer la texture à dessiner, l’observer, non pas dans sa globalité, mais dans ses détails. Pour ce faire, j’utilise un petit outil, indispensable pour bien voir les couleurs qui composent le chrome ou l’argenterie. Il s’agit d’un révélateur de couleur. C'est un carré en carton blanc avec 2 trous de différentes grandeurs. Très facile à fabriquer soi-même. Il suffit de poser le carton sur le modèle et, à travers le trou, cela permet de mieux isoler la couleur.   Demandez-vous : « quelle est la couleur que je vois» ?  Une fois la couleur isolée, vous cessez de pensez et commencer à voir.

Révélateur de couleur
Révélateur de couleur

Maintenant regardons plus en détail comment dessiner du chrome ou de l’argenterie. Ces types de métaux très brillants sont relativement sans couleur. Au premier coup d’œil, on aurait tendance à utiliser les teintes achromatiques, tel le blanc, le noir et les gris. Mais si l’on n’utilise que des teintes achromatiques, on obtiendra un métal d’aspect terne et sans vie. Pour créer de l’argenterie (ou du chrome) d’aspect naturel, il faut y incorporer délicatement quelques teintes. Le révélateur de couleur est alors très utile pour déterminer quelles teintes il faut incorporer.

 

Lorsque je pose le révélateur de couleur sur ma photo qui me sert de modèle, je suis à même de constater qu’il y a du bleu qui transparaît dans le gris. Je vais donc incorporer du bleu.

Cliquez sur l'image pour agrandir
Cliquez sur l'image pour agrandir

 

Pour les parties foncées, presque noires, la première couche sera du bleu indigo (PC 901) ; pour les parties gris pâle, le gris froid 10% (PC 1059) et pour les parties gris moyen, le gris froid 70% (PC 1065).

 
 

Une fois que le positionnement des couleurs de la première couche est fait, je procède ensuite par section

Parties très foncées (les couleurs sont nommées selon l’ordre d’apposition) :

-          Gris froid 90% (PC 1067)

-          Indigo (PC 901)

-          Gris froid 70% (PC 1065)

-          Gris froid 90% (PC 1067)

-          Noir (PC 935)

-          Indigo (PC 901)

-          Gris froid 90% (PC 1067)

-          Gris froid 90% (PC 1067)

 

Parties gris moyen :

-          Indigo (PC 901)

-          Gris froid 50% (PC 1063)

-          Gris froid 70% (PC 1065), en glacis

-          Gris froid 30% (PC 1061)

-          Gris froid 10% (PC 1059)

-          Blanc (PC 938)

-          Blanc (PC 938)

-          Gris froid 10% (PC 1059)

 

Parties gris pâle :

-          Bleu poudre (PC 1087)

-          Gris froid 20% (PC 1060)

-          Gris froid 10% (PC 1059)

-          Bleu poudre (PC 1087)

-          Gris froid 10% (PC 1059)

-          Blanc (PC 938)

-          Gris froid 30% (PC 1061), en glacis

-          Gris froid 10% (PC 1059)

 

Pour les parties blanches, on utilise le blanc du papier. Il y a également une très petite section dans le haut qui fait jonction entre les parties blanches et les parties gris moyen, qui est légèrement verdâtre. J’ai utilisé le Vert Céladon (PC 1020 ).

 

Cliquez sur l'image pour agrandir
Cliquez sur l'image pour agrandir

 

 

 

 

 

Voici ce que cela donne, après 4 couches de couleur :

J’ai terminé avec les ombres, en utilisant les gris froids 10%, 30%, 50% et le noir.

Cliquez sur l'image pour agrandir
Cliquez sur l'image pour agrandir

 

 

 

 

 

Voici le résultat final :

De façon générale, le chrome et l’argenterie sont souvent composés de gris froids qui ont des tendances bleutées, où l’on voit souvent du bleu et du violet.

 

Mais il y a aussi de l’argenterie de type chaud. Seront alors utilisés les gris chauds (tendance jaunâtres) et les gris français (gris brunâtres). Du jaune, du sépia, du beige pourront y être incorporés.

 

Et surtout, oubliez l’utilisation des crayons métalliques : ces derniers donnent un aspect terne et sans vie au métal. Comme bien des éléments qu’on dessine, ce sont les mélanges de couleurs qui permettront d’avoir un rendu naturel.

L’ajout de reflets aidera grandement à l’aspect naturel du métal. La couleur des réflexions sur la surface du métal demeurera de la même couleur que l’objet reflété. Une cerise rouge sera rouge. Cependant les sections d’ombre seront d’une tonalité plus sombre et froide. La seule différence est dans la distorsion de l’objet sur le métal.

 

Cessez de penser métal, de penser gris. Oubliez les idées préconçues affirmant que le chrome et l’argenterie sont gris. Il faut se mettre dans l’esprit qu’on dessine une série de couleurs et y aller une section à la fois. Tout passe par l’observation. Il faut observer, observer et observer encore.

Écrire commentaire

Commentaires : 4
  • #1

    monique squarciafico (dimanche, 07 septembre 2014 08:40)

    C'est magnifique Manon, on ne peut pas faire plus vrai. On sent votre passion pour les crayons de couleur. Rien ne vous arrête, vous trouvez toujours les couleurs indispensables. C'est là votre secret. Merci de nous faire partager votre savoir.

  • #2

    Manon (dimanche, 07 septembre 2014 09:54)

    Merci Monique,

    En effet, le crayon de couleur est mon médium de prédilection. Aucun autre ne peut me donner autant de plaisir et de satisfaction. J'aime aussi essayer, faire toutes sortes de tests. Cela me permets de me perfectionner avec les CC.

    Et pour le partage, hé bien ça me fait réellement plaisir et ça permet aussi de faire connaître le CC et de démontrer ce qu'on peut faire avec eux. De partager, ça ne m'enlève en rien ce que j'ai appris. :)

  • #3

    Thierry (lundi, 11 janvier 2016 08:34)

    Bonjour Manon, j'ai une question concernant le révélateur de couleur : quelle est sa dimension, quelle est la taille des trous et comment doivent-ils être disposés ? Le fait qu'il y ait deux trous différents sert-il uniquement à révéler la couleur de zones plus ou moins petites du modéle, ou le deuxième trou a-t-il une autre utilité ?
    Merci d'avance.

  • #4

    Manon (lundi, 11 janvier 2016 10:56)

    Bonjour Thierry,

    La grandeur du carton n'a pas tellement d'importance. Le mien est d'environ 10x10 cm. Pour les trous, leur disposition sur le carton blanc n'a pas d'importance non plus, sauf qu'il faut tout de même prévoir qu'il y ait suffisamment d'espace blanc autour pour permettre de bien isoler la couleur.

    Pour leur grandeur vous avez compris le principe: les deux grandeurs différentes ne servent qu'à isoler des zones plus ou moins petites, car parfois il peut y avoir plusieurs nuances dans un petit espace, d'où l'utilité d'un petit trou.

    Bonne journée.