Banc d’essai : Feuille de bois


Cet article a été publié dans le webzine "Crayons de couleur, le Mag" vol. 3, No 3 / Octobre 2012.


C’est par hasard que j’ai découvert l’existence des feuilles de bois. C’était il y a quelques temps, alors que je procédais à l’achat de matériel artistique via Internet. Comme à mon habitude, j’ai profité de l’occasion pour fouiner un peu dans la section des supports et papiers. C’est là que j’ai vu les « wood sheets ». Je n’ai pu m’empêcher de m’en procurer. J’ai donc acheté deux feuilles de bouleau de 0,02 mm, puisque c’était tout ce qu’il y avait de disponible.

 

Voici mon expérimentation avec ce « papier ».

 

Description du produit :

 

Les feuilles de bois sont offertes en deux essences : bouleau et cerisier. Il y a les feuilles minces : 0,011 mm, et épaisses : 0,02 mm. Les feuilles sont disponibles en une seule grandeur : 8½ x 11 pouces (22 x 28 cm). Les feuilles de cerisiers sont plus foncées que celles de bouleau.

 

Il est spécifié que ces feuilles sont adaptées pour le crayon de couleur, le fusain et autres médiums de dessin. On indique également que les feuilles ont une tendance naturelle à se courber, mais que cela n’affecte pas leur utilisation.

 

Jusqu’à présent, il n’y a qu’un seul endroit où on peut se procurer ces feuilles, chez Dick Blick aux États-Unis. Le prix est assez élevé : 2.39 $ US / feuille.

Feuille de bois en bouleau, 0,02 mm.
Feuille de bois en bouleau, 0,02 mm.

Le banc d’essai :

 

Quand j’ai décidé d’acheter ces feuilles, ce qui m’a attirée, outre la particularité du support, ce sont les possibilités d’avoir des fonds intéressants, à cause des grains du bois bien visibles.

 

Bien sûr, avant d’avoir donné les premiers coups de crayons, j’avais quelques idées préconçues. Je croyais, étant donné que c’est du bois, que la surface serait rude et que, par conséquent, les crayons auraient la vie dure et qu’ils s’useraient rapidement. J’ai donc été très surprise de constater que ce support est assez lisse. On ressent une certaine texture sous le crayon, mais c’est malgré tout assez minime. J’ai déjà dessiné sur du papier beaucoup plus rêche, qui me faisait grincer des dents !

 

Pour ce qui est de l’usure des crayons, il est bien certain que le pointu de la mine diminue assez rapidement, mais pas plus que sur bien des papiers. Pour ma part, comme je n’utilise pas les mines extrêmement pointues, ce fait n’est pas un désagrément.

 

Pour tester ce « papier », j’ai fait un dessin en utilisant quatre marques de crayons : les Primacolor, les Pablo, les Coloursoft et les Polychromos. Sauf pour les Polychromos, la technique utilisée est la suivante : les couleurs sont mélangées en appliquant une pression sur les crayons.   Pour les Polychromos, j’ai plutôt appliqué les couleurs à l’aide de plusieurs couches légères.

Cliquez sur l'image pour agrandir
Cliquez sur l'image pour agrandir

Test avec 4 marques de crayons.

La sphère : Prismacolor; Le cylindre : Pablo; Le cube : Coloursoft; Le cône : Polychromos.

La saturation se fait moins rapidement que je ne l’aurais cru. C’est comparable à un papier très lisse. Pour les mélanges de couleurs faits par pression, j’ai réussi à apposer huit couches de couleurs. C’est une bonne performance. Pour ce qui est de la technique de superposition légère, j’ai pu mettre treize couches avec les Polychromos.

 

Il est difficile, voire impossible, de faire complètement disparaître les « grains », ou plutôt les fibres du support. Pour ceux qui, comme moi, n’aiment pas que les grains soient apparents, ces feuilles ne sont pas le meilleur choix. Par contre, pour ceux qui aiment jouer avec les textures, ce papier peut offrir de belles possibilités.

 

Cependant, à la différence du vrai papier, la texture de la feuille de bois n’est pas uniforme. On peut le remarquer sur l’ombre portée de droite. Malgré les multiples couches et une forte pression, les fibres sont très apparentes. Lors de l’application des couleurs, j’ai constaté à cet endroit que la texture était différente du reste de la feuille.

 

J’ai aussi fait des essais pour le gommage. Contrairement au papier, lorsqu’on utilise une gomme à effacer sur la feuille de bois, sa texture ne change pas. Par contre, il est assez difficile de gommer la couleur, que ce soit avec la gomme de vinyle, la gomme électrique ou la gomme mie de pain. Bien sûr, il peut y avoir des différences selon la marque de crayons. Les Prismacolor, qui sont très gras, sont difficiles à effacer. Les Pablo, un peu moins gras, sont un peu plus faciles à effacer, mais il reste quand même beaucoup de pigments. Dans un cas comme dans l’autre, la gomme électrique est la plus efficace.

Cliquez sur l'image pour agrandir
Cliquez sur l'image pour agrandir

Mes conclusions :

 

Les feuilles de bois peuvent représenter une belle alternative aux feuilles de papier à grains pour créer des textures intéressantes, en mettant à profit les grains du bois.

 

Toutefois, pour ceux qui ne veulent pas voir les grains du papier, ces feuilles de bois ne sont pas pour vous. Il vaut mieux utiliser des vraies feuilles de papier.

 

 

Voici où vous pouvez vous procurer les feuilles de bois :

http://www.dickblick.com/products/real-wood-sheets/?clickTracking=true

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0